stop-expulsions.jpg

L’huissière (et les flics) sont passés plusieurs fois depuis le 22 mai pour signifier commandement de quitter les lieux
Toutes les personnes qui résidaient au squat étaient considérées selon la prose du Conseil général comme entrées « du chef » de l’association Quedal 04. Ironie du sort, le projet de réhabilitation des lieux présenté par l’association Quedal 04 a même été utilisé comme argument pour l’expulsion des résidents ! N’ayant pas opposé à cette arnaque juridique un acte juridique quelconque, le squat et ses occupants se sont trouvés dans une situation critique…

De la vingtaine de résidents qui ont passé l’hiver dans le lieu, un seul a reçu une proposition de relogement…
On peut dire que les services sociaux (qui seront peut-être les futurs locataires des lieux) ont été particulièrement absent de cette aventure… Le Conseil général peut aussi remercier la mairie de Forcalquier pour son active collaboration (la coupure de l’eau le 7 mars 2013 a rendu la vie quotidienne plus difficile). Et le collectif s’est peu à peu délité depuis mars 2013…
La plupart des affaires (poêle, outils, etc.) ont été rendus à ceux qui les avaient prêtés, merci.
Merci encore aux nombreux soutiens

À bientôt
Des résidus de la République

PS (sic !) : nous avons retrouvés dans les archives de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence ce « communiqué de presse » préparé par les services de police… pour notre expulsion. Un an plus tard, les travaux de réhabilitation ne sont toujours pas commencé et les 20 personnes qui avaient trouvé un abri ont du ouvrir d’autres squats pour passer l’hiver 2013 au chaud ! Heureusement pour les pauvres qui ne peuvent pas payer des loyers toujours plus cher, le 04 est rempli de maisons vides !

PREFECTURE DES ALPES DE HAUTE-PROVENCE