Vous trouverez ici toutes les informations sur le délibéré de cette troisième audience et les actions juridiques en cours…

Nos revendications :

  • pas d’expulsion sans relogement de tous les résidents du lieu !
  • l’ouverture d’un dialogue avec le Conseil général afin d’obtenir un bail gratuit jusqu’au début des travaux…
  • être associé à la réflexion sur les projets de réhabilitation (celui proposé par le Conseil général pour y loger le futur Centre médico-social et notre projet de réhabilitation et d’animation du lieu en Centre social et culturel autogéré pour tous - CSCAT (un projet chiffré a été déposé auprès de la Région par l’association Quedal 04, lisible sur le blog de « la gendarme rit » et le site de Quedal 04…).

Nous ouvrons une caisse de soutien juridique au bénéfice de notre avocat afin qu’il puisse continuer à nous défendre (notamment pour obtenir le raccordement à l’eau), cette caisse sera proposée lors de chaque événement dans le lieu… Enfin, nous redisons merci aux 355 signataires de la pétition et rappelons le soutien des organisations et collectifs suivants : Quedal 04, Attac 04, CGT France Agrimer, FASE, NPA, PCF, CRIP, Voie Prolétarienne, Fédération Anarchiste, Ligue des Droits de l’Homme, La Libre pensée, Radio Zinzine…


L’ordonnance de référé du 18 mars confirme malheureusement sans surprise l’expulsion de Xavier. Le juge lui donne le bénéfice des 2 mois réglementaires à réception du commandement de quitter les lieux confirmant par cela le fait qu’aucun constat d’effraction n’ait été produit par le Conseil général… Mais profitant du fait que l’accusé se défende lui-même, le juge affirme de manière mensongère « qu’il ne démontre pas que d’autres personnes identifiées occupent les locaux » (page 3 du référé). Pourtant, Xavier avait bien bien insisté dans sa plaidoirie (page 2 en gras) sur le fait étonnant qu’aucune autre personne que lui n’ait été assigné alors même que Maître Lantelme avait fourni lors de l’audience du 7 janvier une liste des résidents…


Un petit bilan rapide fait apparaître que sur les 15 résidents permanents du squat - 7 sont maintenant expulsables (mais seulement à partir du mois de juin) et seulement 1 a été relogé depuis le 1er mars. Mais d’autres assignations sont en cours suite à une nouvelle visite de l’huissier à la fin du mois de mars…

Enfin, nous attendons toujours l’ouverture d’un « dialogue » avec les élus du Conseil général et de la mairie de Forcalquier sur l’utilisation future de ce lieu. Et, nous exigeons le raccordement au réseau d’eau communal - ce qui est un droit élémentaire !